AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Heidi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
final6fr
Petit Schtroumpf
avatar


MessageSujet: Heidi   Jeu 26 Avr 2007 - 23:27

Exellente série d'animation dirigée par Isao Takahata.

Cett série a été pionnière sur plusieures points :
C'etait le 1er DA à traiter du réalisme de la vie quitidienne et des relations entre les personnages.
C'était également la 1ere fois que une équipe d'animation se déplacait pour faire des repérages.
Heidi, la petite fille des Alpes (1974)

Voir un lien complet : http://www.buta-connection.net/films/heidi_creation.php


En attendant, vous pouvez voir la série en intégrale sur dailymotion :

www.dailymotion.com/final6fr
Cliquez ensuite sur groupes puis sur Heidi.

Cordialement,



Heidi est une jeune orpheline qui part vivre chez son grand-père à la montagne, dans les Alpes Suisses. D’abord effrayée par le vieil homme bourru et solitaire, elle apprend vite à aimer son grand père et découvre la beauté des alpages aux cotés de Pierre, son nouvel ami gardien de chèvres. Mais la tante de Heidi, Dete, décide que cette éducation ne convient pas à une jeune fille. Elle place Heidi chez une riche famille de la ville de Francfort où elle se lie d’amitié avec Claire, une jeune handicapée. Sa vie joyeuse dans les pâturages est vite remplacée par la dure réalité d’une ville inhospitalière, et la sévérité de la préceptrice de la maison : Mlle Rougemont. Heidi va-t-elle supporter cette nouvelle vie, loin de la montagne et de son grand père ?

Série entièrement dirigée par Isao Takahata, Heidi est imprégnée du style réaliste qu’il mettra en oeuvre plus tard dans ses films au sein du Studio Ghibli. Heidi inspira pendant des années encore les futures productions de la Nippon Animation, qui formèrent le cycle annuel des World Masterpiece Theater. Cette série, comme le roman dont elle est adaptée, a connu un succès international, et est aujourd’hui encore diffusée et rediffusée dans de nombreux pays.



Creation de Heidi

Les origines
L’idée de transposer Heidi en série date déjà de quelques années avant sa diffusion. Il semble que l’instigateur du projet soit le producteur de la série et du film Shigehito Takahashi. Takahashi a l’idée d’adapter le roman depuis bien longtemps. Précisément, le projet d’adapter Heidi en série TV a germée dans son esprit en 1967, soit 7 ans avant le début de la diffusion. Avant le démarrage du projet, il aurait lu plusieurs fois l’histoire originale. Dans les souvenirs du scénariste Isao Matsumoto, le producteur Takahashi lui aurait parlé du projet le 28 février 1971. La véritable année de lancement de la production, proprement dite, de la série, semble être l’année 1971.

Près de 10 ans séparent l’apparition de Tetsuwan Atomu (Astro, le petit robot), la première série animée, en 1963 de la mise en production de la série Heidi. Au lancement de la production, Isao Takahata et son équipe ne peuvent que constater qu’entre ces deux dates, la technique n’a presque pas évoluée. Depuis l’échec public mais non critique de Horus, Prince du Soleil, en 1968, ils restent résolument persuadés que l’animation mérite de se développer et peut proposer quelque chose de plus riche et de plus profond. Le projet Heidi est l’occasion de reformer autour de Takahata la même équipe qui avait œuvré sur le film de la Toei et qui a les même envies que le réalisateur. Excepté Yasuo Ôtsuka, on retrouve donc Yôichi Kotabe et Hayao Miyazaki aux postes principaux de la série et même Yasuji Mori qui leur donnera un coup de main.

Entre Horus et Heidi, Takahata et Miyazaki ont resserré les liens qui les unissent au travers de nouvelles collaborations, au fil des passages d’un studio à l’autre. Les deux hommes vont pouvoir compter l’un sur l’autre. Ils viennent de finir les deux moyens métrages de Panda Kopanda et ont collaboré à la première série de Lupin III (Edgar, détective cambrioleur) pour la TMS. Même si le premier titre est de leur initiative, depuis Horus, ils n’auront pas eu l’occasion de retrouve la liberté créatrice qu’ils avaient difficilement obtenu sur ce film. Miyazaki n’a pas encore donné sa propre vision du Lupin de Monkey Punch dans le Château de Cagliostro. Le personnage, dont le succès à l’écran dépassera plus tard sa version papier, se cherche encore dans une première série aux qualités techniques effroyables et dans laquelle les deux homme auront peu la possibilité de montrer leur conception de l’animation. C’est avec Heidi qu’ils retrouvent une certaine liberté de création. C’est ainsi que la série peut être vue comme la continuité des engagements moraux pris par Takahata et son équipe à l’époque de Horus en 1968.

Au Japon, la série Heidi a été diffusée du 6 janvier au 29 décembre 1974, tous les dimanches, de 19h30 à 20h, sur la chaîne privée japonaise Fuji, pendant une durée de 52 semaines. On sait qu’un épisode fut livré à la chaîne toutes les semaines durant l’année 1974. Difficile d’imaginer, comme on peut parfois le lire, qu’un épisode entier put être produit en 7 jours. Takahata et son équipe sont des bourreaux de travail mais pas des surhommes. Quoiqu’il en soit et de l’aveu même de Takahata, l’année 1974 fût une période marquée par un labeur colossal et mené sans relâche car il leur a fallu livrer un épisode de 22 minutes et 30 secondes durant 52 semaines.

Repérages
Il est difficile d’avoir une idée précise des conditions de création de la série. On sait, par contre, à l’époque, qu’une des principales innovations en terme de production pour la série Heidi fut le repérage. Ainsi, du 16 ou 25 juillet 1973, Isao Takahata, Hayao Miyazaki, Yôichi Kotabe et le producteur Junzo Nakajima partent en Suisse et à Francfort, en Allemagne, en repérage pour s’imprégner de la vie locale et multiplier les croquis d’ambiances, de décors, mais aussi d’habitants, pouvant devenir des modèles de personnages. Cette pratique peut sembler courante de nos jours, surtout pour les personnes étant familières des techniques de fabrication des longs métrages du studio Ghibli ou de Disney, mais à cette époque cet usage était vraiment nouveau, encore plus dans le cadre d’une série d’animation prévue pour la TV.




C’est lors de son séjour à Francfort, à l’occasion d’une fugue, que Heidi découvre la ville. Pour le spectateur, c’est l’occasion de découvrir des décors d’un grand intérêt documentaire, en particulier lorsque Heidi s’aventure dans un lavoir municipal, peuplé de femmes, ce qui permet à l’histoire de s’arrêter quelques instant sur la vie quotidienne de cette ville. Au détour d’une rue, Heidi croise également une machine à vapeur toute droit sortie d’un (futur) épisode de Conan, fils du futur ou Sherlock Holmes.
Ce déplacement dans des pays européens est loin d’être le signe d’un caprice de diva mais amorce déjà le souci de la crédibilité et du réalisme dans le reste de l’oeuvre de Takahata. Heidi est l’adaptation d’un roman prenant ses racines en Europe. Takahata est bien conscient, du fait de son statut de japonais, que le regard qu’il va porter sur l’Europe risque de se transformer en images d’épinal. En réalisant Heidi, le souci premier du réalisateur était de montrer une représentation juste de la vraie vie dans les Alpes dans sa série. Son objectif est atteint si les habitants des Alpes tombant sur sa série ne ressentent pas trop de décalage avec leur vraie vie. La vie dans les Alpes n’est pas facile et ses habitants ont une très longue histoire, remplie de coutumes et de traditions, difficilement compréhensibles pour les japonais et il se devait de les respecter. Par exemple, Takahata a expliqué qu’il avait vu beaucoup trop de scènes de films étrangers qui se passent au Japon et dans lesquelles les japonais marchent sur un tatami avec des chaussures. Il ne veut pas de ce genre d’aberrations pour la série Heidi.

Bien sûr, à cause de cette volonté de respecter un mode de vie qui leur est étranger, Takahata et son équipe se heurtent à des difficultés. Le principal obstacle qu’ils rencontrent réside dans la description de la vie de l’Oncle de l’Alpe. Dans le roman et la série, le grand père de Heidi est en dehors des coutumes et de la religion des habitants des Alpes, car il mène une vie isolée. On pourrait croire que la production pouvait prendre plus de liberté avec ce personnage, mais l’équipe, soucieuse de réalisme, s’est demandée s'il était possible de vivre seul, dans les Alpes, au milieu des chèvres d’une nature difficile ? Pour que son mode de vie soit réaliste, ils inventent donc le quotidien de l’Oncle de l’Alpe. Il fabrique donc tous les outils de sa vie quotidienne avec du bois. Mais c’est encore insuffisant pour survivre. Et finalement, pour couper court à tous les autres problèmes de subsistance, ils sont arrivés à la conclusion que l’Oncle de l’Alpe, en plus d’effectuer du troc avec les habitants de Dörfli, devait avoir mis de l’argent à côté quand il était à l’étranger…

Il semble même que, pendant la pré-production de la série et devant la difficulté de rendre l’univers de Heidi plausible, Takahata se soit mis en tête de créer une version « japonisée » de Heidi. C’est à dire de transposer l’intrigue du roman dans son pays avec une japonaise qui habiterait la campagne du Japon... Heureusement, cette idée n’est jamais arrivée à son terme !


L'équipe de production
Heidi établit un nouveau standard de qualité dans le format télévisé, qu'il s'agisse du fond ou de la forme. Ce résultat, Takahata le doit en grande partie à l’apport déterminant de son équipe de collaborateurs fidèles dont il a su s’entourer. Le premier est, bien entendu, Hayao Miyazaki. Sa légendaire aptitude au travail a du être déterminant au poste du layout (décomposition et organisation des plans) pour la qualité finale de la mise en scène de la série.

Le second est Kotabe Yôichi pour qui Isao Takahata crée spécialement le poste de character designer, poste essentiel et garant de l’unité graphique des personnages d’un animateur à l’autre. Encore une fois, ce choix, qui semble de nos jours évident, est en fait la continuité des bouleversements que Takahata avait commencé à orchestrer à l’époque de la création de Horus, Prince du Soleil, en 1968. Outre une même équipe de personnes et une volonté farouche de donner le meilleur d’eux même, beaucoup de liens semblent unir ces deux œuvres en terme de production. Comme Horus, Heidi place le réalisateur comme la personne directrice du projet, garant, notamment, d’une grande homogénéité graphique entre ses dessinateurs, qui jusqu’alors avait tendance à apposer leur touche aux plans ou aux séquences dont ils avaient la charge.

Mais il existe un troisième homme, moins connu, qui a été déterminant pour la qualité et le succès de la série Heidi, il s’agit de Masahiro Ioka, le directeur artistique de la série et artiste réputé pour ses dessins de la nature.


Selon Takahata, si Ioka n’avait pas été là, Heidi serait née avec une image très différente. Ioka était très important dans le processus de production dans la mesure où il comprenait comment un décor pouvait influer sur les sentiments du public. Le désir de perfection que Takahata souhaitait, même sur une série TV, n’était pas possible à atteindre d'un point de vue artistique. Ioka en était bien conscient mais il a néanmoins fait beaucoup de recherches personnelles pour répondre à la demande de Takahata. Lors de la production de Heidi, il était entouré d’une équipe de dessinateurs. Sa façon de travailler était la suivante : il ne demandait pas à ses collaborateurs des décors d’un haut niveau de finalisation. Il reprenait après eux chaque dessin et c’est sous ses pinceaux qu’il donnait une vraie vie au dessin. A ce jour, pour une raison expliquée plus loin, il ne reste malheureusement pas beaucoup de dessins originaux de son travail sur Heidi.


Dessin du chalet de l’Oncle de l’Alpe, réalisé par Hayao Miyazaki, à l’époque de la création de la série,
et à l’usage des artistes qui travaillaient sur le story board. Cette illustration de la maison, vue de trois quarts,
afin d’en saisir les détails, réalisé avec minutie, est un exemple du réalisme voulu pour la série.
Jusqu’à Heidi, il était très rare de représenter une maison dans sa quasi-totalité afin qu'elle soit crédible pour le spectateur.
Pour en savoir plus sur la création de la série, voici, croqué en bandes dessinées, l’ambiance particulière qu’a vécu l’équipe de production, à l’époque. Ces planches ont été créées par Hayao Miyazaki, spécialement à l’occasion de l’exposition Heidi qui a eu lieu au musée Ghibli en 2005. Vous pourrez retrouver une visite virtuelle de cette exposition et apprendre de nouvelles anecdotes de création à la page consacrée à cet événement, en fin de dossier.
Revenir en haut Aller en bas
CANDICE
Schtroumpf d'Emeraude
avatar


MessageSujet: Re: Heidi   Ven 27 Avr 2007 - 8:11

Bonjour final6fr, tu me reconnais j'espère rir4
Je suis contente de te voir ici, Heidi est aussi un de mes DA préféré et j'ai même l'intégrale en DVD joy13

(il y a déjà un sujet dessus)
Revenir en haut Aller en bas
http://dessins-animes.actifforum.com/
 
Heidi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Johanna Spyri-Heidi
» Spyri Johanna - Heidi - Heidi Tome 1
» Yumiko Igarashi - Heidi
» ghost shape heidi swapp
» Les poupée d'Heidi Pluszok

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Tendres Dessins-Animés ::  ______ LA PENSION DES MIMOSAS :: Les dessins-animés de filles-
Sauter vers: